Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Transports
A 4 - A 86 : pourquoi la voie antibouchon ouvre si peu

Elle devait soulager des milliers d’automobilistes. Un an après, la voie auxiliaire de l’A4-A86 est restée souvent fermée. Explications.

Les automobilistes l’attendaient comme LA solution miracle à leurs embouteillages quotidiens. La réouverture de la voie auxiliaire A 4-A 86, dans le sens province-Paris, le 4 octobre 2012, avait suscité beaucoup d’espoir… Mais n’a finalement pas été beaucoup accessible en un an. Cette ouverture de la bande d’arrêt d’urgence à la circulation doit se faire selon certains critères : avoir lieu du lundi au vendredi, à l’heure de pointe du matin, hors vacances scolaires. « Entre le 4 octobre 2012 et le 4 juillet dernier, notre période de référence pour ce bilan, il a eu 157 jours qui correspondent à ces critères, explique Eric Tanays, directeur de la Direction des routes d’Ile-de-France (Dirif). Or, nous n’avons pu ouvrir la voie que 69 fois. » Un chiffre d’autant plus décevant que 1,5 M€ avaient été consacrés à la remise en état du système (barrières, caméras de surveillance, affichage de voie ouverte ou non) avant la réouverture. « Le taux de réponse aux besoins est faible, toujours à cause de problèmes techniques, assure le directeur de la Dirif. Nous avons eu de gros soucis avec une glissière mobile qui ne fonctionnait pas. Ces équipements sont très sensibles, notamment aux conséquences de l’utilisation du sel ou à la formation de congères sur les côtés de la route quand on racle la neige. » Autant de difficultés qui ont un coût : 600000 € de frais d’entretien ont été dépensés en un an.

Et dans l’autre sens au printemps 2014 ? Alors, quel est l’avenir de cette voie ? « Elle n’est aucunement remise en cause vu son efficacité », rassure la Dirif. Mais des réflexions sont engagées pour trouver un système moins capricieux et donc moins coûteux. « Nous n’en sommes qu’aux pistes de réflexion, mais nous pourrions par exemple nous inspirer de ce qui a été fait sur l’A 1 avec la voie réservée aux bus et taxis, pour laquelle panneaux d’indications lumineux et radars se sont révélés efficaces pour la faire respecter. » En attendant, dès le printemps, la voie antibouchon pourrait ouvrir dans le sens Paris-province. Seul impératif : la fin des travaux réduisant le nombre de voies sous le tunnel de Nogent. La Dirif ne préfère pas pour l’heure engorger encore plus le tunnel. « Nous mettons tout de même à profit le temps de travaux qu’il reste pour la remettre en état aussi dans ce sens, en faisant des aménagements sur les glissières, les panneaux, les caméras permettant à l’opérateur de vérifier l’état de la voie avant de l’ouvrir à la circulation », précise Eric Tanays.

Le Parisien Laure Parny

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits