Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil
A Orly, la vidéoverbalisation fait grincer des dents

Alors que le ministère de l’Intérieur vient de dresser un premier bilan du dispositif, lancé en juin2012, le PV vidéo contre le stationnement sauvage a toujours du mal à passer du côté des usagers.

Alors que le ministère de l’Intérieur vient de dresser un premier bilan du dispositif, lancé en juin 2012, le PV vidéo contre le stationnement sauvage a toujours du mal à passer du côté des usagers.

C’était une première en France. Le 25 juin 2012, la vidéoverbalisation débarquait au terminal sud de l’aéroport d’Orly. Objectif : endiguer le stationnement sauvage le long de l’aérogare. Deux ans plus tard, la police aux frontières a dressé, depuis ses écrans de contrôle, plus de 8 940 procès-verbaux, selon le bilan que vient de communiquer le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. « Soit 16,6 % des 53 831 contraventions délivrées sur l’emprise aéroportuaire », détaille ce dernier, en réponse à une question de la sénatrice du Val-de-Marne, Catherine Procaccia (UMP), posée en décembre... 2012.

Face au hall des départs du terminal sud, les énormes panneaux clignotants « vidéoverbalisation systématique » ont beau faire partie du décor, la pilule a encore du mal à passer pour certains usagers. A l’arrêt, coffre ouvert, face à l’entrée du parking, Youssef, venu récupérer des proches, a décidé, mardi, de braver l’interdit. « Le système est trop sévère ! Avec dix minutes gratuites au parking pour déposer ou récupérer un proche, tu te gares, tu sors les valises, tu dis au revoir et tu dois déjà payer : inadmissible », cingle-t-il. « S’il vous plaît, il faut pas rester là ! On vidéoverbalise. » A deux pas, un couple, stationné avec les feux de détresse allumés, se fait rappeler à l’ordre par un employé de l’aéroport. « On ne savait pas du tout... » répond monsieur, en courant reposer son chariot à bagages. « Cet espace est interdit aux piétons. Mais malgré les panneaux, on intervient souvent », glisse l’agent, en renvoyant les usagers vers le parking.

Instauré au même moment que le PV vidéo, le dépose-minute dans le parking souterrain fait grincer des dents. Et pour cause : passées les dix minutes offertes, le tarif bondit directement à 6 €. « Le temps de gratuité n’est pas suffisant. La mesure sert-elle à fluidifier le trafic ou à faire rentrer de l’argent ? » s’interroge Catherine Procaccia. Les caisses de l’aéroport — qui préfère ne « pas communiquer » sur le sujet — se remplissent. Les taxis, eux, ont le sourire. « On ne peut pas dire : depuis la vidéoverbalisation, la voie pour accéder à la station est nettement plus dégagée », juge Thomas, l’un d’entre eux.

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits