Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Accoyer : Hollande a "trompé" les français

Dénonçant les taxes, l’ex-président de l’Assemblée, invité du Talk Figaro estime que "la réalité éclate".

Les mots sont durs, la démonstration implacable. Bernard Accoyer, respecté par l’opposition pour sa courtoisie quand il était président de l’Assemblée nationale entre 2007 et 2012, donne aujourd’hui une lecture sans complaisance des dix premiers mois du quinquennat de François Hollande. Lecture qui est à la hauteur de "la détresse des Français", explique-t-il.

Invité mardi "Talk Orange-Le Figaro", le député UMP de Haute-Savoie a dénoncé la "tromperie" de la campagne électorale de 2012 du candidat Hollande. "Dans cette campagne, François Hollande expliquait aux Français qu’il n’y avait pas besoin de réformes, qu’on pouvait revenir à la retraite à 60 ans, augmenter certaines prestations (...), mais, maintenant, la vérité éclate. Toutes les mesures qui ont été prises l’ont été à contretemps, le chômage augmente (...). C’est devant cette réalité que les Français crient leur déception, parce qu’il y a eu, au départ, tromperie", accuse Accoyer.

"Cercle vicieux"

Pour évoquer la politique du gouvernement, le parlementaire parle encore de "cercle vicieux". "D’abord, on refuse de faire les réformes et de maîtriser la dépense publique. Donc, on augmente les impôts, ce qui veut dire qu’on diminue la consommation, ainsi que la compétitivité des entreprises. Donc, le chômage augmente. Alors, maintenant, on invente de nouveaux impôts, on va diminuer les allocations familiales. Bref, chaque jour, le gouvernement invente de nouvelles taxes plutôt que de lancer des réformes indispensables au pays", dénonce-t-il.

Pour étayer sa démonstration, Accoyer évoque le déficit de 3,7% pour cette année et assure que "c’est la première fois que la France n’aura pas tenu sa parole". "Le gouvernement devrait dire : on diminue la dépense publique. Or que fait-il ? Il embauche 60.000 personnes dans l’Éducation nationale (...) quand la France se désindustrialise !" Approuve-t-il la motion de censure contre la politique économique du gouvernement que Jean-François Copé défendra à l’Assemblée le 20 mars ? "L’opposition parlementaire dispose de certaines armes. La motion en fait partie...", répond l’ancien président de l’Assemblée.

Le Figaro

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits