Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Après les aveux de Cahuzac, l’UMP demande des comptes à Hollande

Plusieurs responsables de l’UMP ont sommé l’exécutif de s’expliquer après les aveux de l’ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac, qui a reconnu, mardi 2 avril, qu’il détenait bien un compte bancaire à l’étranger depuis vingt ans.

Jean-François Copé a jugé mercredi 3 avril que dans l’affaire Cahuzac, le président François Hollande avait soit fait preuve de "candeur", soit "menti". Le président de l’UMP a demandé sur Europe 1 qu’on "aille au fond des choses" dans ce dossier : soit le président "ne savait rien et c’est quand même extrêmement grave parce que celui signifie que lui-même fait preuve d’une certaine candeur, soit il savait et ça veut dire qu’il a menti aux Français". "Le président de la République doit prendre ses responsabilités face à ce mensonge d’Etat et s’en expliquer lui-même devant les Français", avait déjà demandé M. Copé, la veille, dans un communiqué.

Le vice-président de l’UMP, Laurent Wauquiez, a critiqué le choix du chef de l’Etat de nommer Jérôme Cahuzac au budget sans "vérifications" préalables, estimant que c’était "une énorme faute de la part de François Hollande". "On ne place pas à un poste comme ministre du budget quelqu’un comme M. Cahuzac, sans avoir pris toutes les vérifications", a déclaré l’ex-ministre, mercredi, sur LCI. M. Cahuzac "était un personnage sulfureux", dont "on savait que ses rapports avec l’argent n’étaient pas clairs", a accusé M. Wauquiez.

Mardi, Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a dit également "avoir du mal à imaginer que le président de la République et le Premier ministre n’aient pas été au courant de la situation".

A l’Assemblée, l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a elle aussi demandé que le premier ministre "vienne s’expliquer devant la représentation nationale".

"La question se pose désormais de savoir si Hollande et Ayrault ont voulu protéger Cahuzac avec cette pseudo attestation bancaire suisse", a demandé Eric Ciotti sur Twitter. "Elles sont bien loin, les grandes leçons de morale du candidat Hollande. Jamais un pouvoir a été aussi peu irréprochable", a ajouté le député UMP des Alpes-Maritimes.

L’ancien président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a également demandé aux deux têtes de l’exécutif "de s’expliquer devant les Français".

"C’est une affaire d’Etat le chef de l’Etat doit en répondre", a jugé Valérie Debord, déléguée générale adjointe de l’UMP. "Depuis quand le président de la République le sait ?", s’interroge-t-elle sur Twitter.

"Quand Hollande avouera-t-il avoir menti aux Français sur sa République irréprochable ?", a de son côté demandé Geoffroy Didier, animateur du courant de la Droite forte à l’UMP.

"Depuis quand François Hollande savait que #Cahuzac mentait ? Avant Noël se dit-il... #affairedÉtat", écrit le député UMP du Nord Sébastien Huyghe sur Twitter.

Quant à l’ancien premier ministre, François Fillon, il a demandé "la faillite morale" de la gauche, mardi.

Invité mardi du "20 Heures" de France 2 au terme d’une journée éprouvante pour la majorité, le premier ministre Jean-Marc Ayrault, visiblement tendu, a vivement condamné la "faute morale" commise par son ancien ministre Jérôme Cahuzac et affirmé, à plusieurs reprises, qu’il n’était pas au courant de ses mensonges.

De son côté, le président François Hollande doit enregistrer une intervention télévisée après le conseil des ministres. Selon Pierre Moscovici, ministre de tutelle de Jérôme Cahuzac, l’exécutif a fait "ce qu’il convenait de faire" pour "aider à la manifestation de la vérité".

Le Monde

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits