Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Avec Jean-Marc Ayrault, la France ne prend aucune mesure courageuse

Le discours de politique générale prononcé mardi après-midi par Jean-Marc Ayrault a fait un flop. Long, trop long (1h30), sans souffle, sans vision, il a désenchanté nombre de parlementaires de gauche. Et profondément déçu l’opposition. « Là où nous attendions des annonces concrètes, nous avons eu un discours truffé d’incantations et marqué par une absence de courage politique », déplore Jean-François Copé « extrêmement préoccupé car nous n’avons entendu parler que de hausses d’impôts et d’un matraquage fiscal programmé avec la hausse des cotisations pour financer le retour à la retraite à 60 ans, la fin de la détaxation des heures supplémentaires ou encore la taxation sur l’intéressement et la participation ».

Autant d’options prises par le nouveau Gouvernement qui, aux yeux de notre secrétaire général, « vont à l’encontre des recommandations du rapport de la Cour des comptes pour assainir les comptes publics ». Un rapport qu’a salué à nouveau Jean-François Copé parce qu’il « apporte un satisfecit aux choix stratégiques de l’ancienne majorité pour assainir la dette publique sans hausse d’impôts et renforcer la compétitivité ». Satisfecit qui empêche de fait la nouvelle majorité d’utiliser l’alibi de l’héritage ou de l’ardoise cachée pour faire avaler les hausses d’impôts.

Le nouveau Gouvernement se trouve seul devant ses responsabilités et surtout les conséquences désastreuses de ses premières décisions qu’il lui faudra financer et assumer. « Avec Jean-Marc Ayrault, la France ne prend aucune mesure courageuse. Ce comportement va à rebours de la solidarité européenne car il désolidarise la France des grandes décisions nécessaires. Jean-Marc Ayrault porte ainsi par avance une responsabilité majeure si la crise devait s’aggraver », analyse Jean-François Copé dont l’inquiétude a été partagée en bureau politique.

Un bureau politique qui a arrêté, sur le rapport de Patrice Gélard, président de la commission d’organisation des élections internes, les dates des 18 et 25 novembre prochains pour l’élection, par les militants et par bulletins papier, du futur président de l’UMP. « Nous allons élire celui que sera le leader de l’opposition de 2012 à 2015. Sa première mission sera de mener notre famille politique à la reconquête des territoires perdus en 2014 », précise Jean-François Copé.

Le bureau politique, toujours sur le rapport de Patrice Gélard, s’est assuré de la parfaite transparence des modalités de vote ainsi que de l’utilisation des moyens.

Mercredi 04 Juillet 2012

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits