Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Bruxelles ne croit pas aux promesses de Hollande

Si la Commission valide les taux de croissance de la France pour 2014 et 2015, elle conteste l’amélioration annoncée en matière de finances publiques.

La Commission européenne ­attend de la France qu’elle entreprenne de « sérieuses réformes ». C’était en tout cas le sens de son message, mardi, à l’issue de la publication de ses prévisions économiques pour l’ensemble des pays de l’Union. Le gouvernement français prévoit en effet dans son scénario un déficit public (État, Sécurité sociale, collectivités locales) qui passera de 4,1 % cette année à 3,6 % en 2014. Bruxelles le chiffre de son côté à 3,8 %. Une différence qui « dépasse à peine l’épaisseur du trait » et qui n’ébranle pas les experts du ministère des Finances. « Vous trouvez ça beaucoup, vous ? », plaisantait-on presque, hier, dans les couloirs de Bercy.

Mais la prévision pour 2015 fait, elle, beaucoup moins sourire. Alors que Paris prévoyait de repasser sous la barre des 3 % dans deux ans (à 2,9 % exactement), Bruxelles lui prédit… 3,7 % ! Soit à peine moins que l’année d’avant. La Commission européenne raisonnant à « politique constante » (c’est-à-dire sans nouvelle mesure correctrice), elle informe donc que le gouvernement français n’a aucune chance de respecter son objectif de repasser sous la barre de 3 % en 2015, sans mettre en œuvre de nouvelles réformes structurelles.

« La Commission fait un calcul conventionnel de déficit pour 2015 qui ne tient pas compte des efforts d’économies qui seront faits avec la montée en puissance de la modernisation de l’action publique », ont d’ailleurs minimisé Pierre Moscovici, ministre de l’Économie, et Bernard Cazeneuve, ministre délégué au Budget. Après un effort de 15 milliards sur les dépenses prévu dans le projet de loi de finances pour 2014, c’est « autant, voire plus » qui sera envisagé pour 2015.

« Je vais continuer à discuter avec le commissaire Olli Rehn », a indiqué le ministre de l’Économie, qui a réaffirmé la ferme intention de la France de tenir l’agenda fixé par Bruxelles. Tout comme il maintient que 2015 sera l’année où l’Hexagone commencera à se désendetter, alors que la Commission prévoit une hausse continue de la dette publique, jusqu’à un pic de dette de 96 % du PIB à cette date.

La différence entre les chiffres de déficit de Paris et Bruxelles ne sont, en tout cas, pas le résultat d’une divergence de prévisions de croissance. « Pour une fois », comme on le souligne à Bercy, la France semble avoir retenu un scénario macroéconomique qui fait consensus : pour 2014 et 2015, Bruxelles anticipe une progression du PIB de respectivement 0,9 % et 1,7 % - des chiffres exactement conformes aux prévisions de Paris -, après 0,2 % cette année.

Ce qui diverge en revanche nettement, ce sont les prévisions de taux de chômage : Bruxelles le voit atteindre 11 % cette année, puis 11,2 % en 2014 et 11,3 % en 2015. Soit le contraire de la promesse de François Hollande d’inverser « durablement » la courbe des demandeurs d’emploi dès la fin de cette année… La Commission estime que plutôt que de créer des emplois grâce au retour de la croissance, les entreprises françaises privilégieront l’année prochaine la restauration de leurs marges. Et ajoute que « les effets positifs de la réforme du marché du travail ne sont pas attendus avant 2015 ». L’exécutif français rétorque que les dispositifs de soutien à l’emploi qui montent en puissance (contrats de génération, emplois d’avenir…) ne sont pas pris en compte dans son scénario.

Pendant que le gouvernement se justifie, Bruxelles met la dernière main à son avis sur les projets de budgets nationaux pour 2014. Son verdict tombera vendredi 15 novembre. À Paris, on dit attendre « sereinement » cette évaluation. « Parce que même si nous sommes un tout petit peu limite sur le budget 2014, nous avons pris la mesure de l’urgence et nous montrons notre sérieux sur les efforts structurels », prévient-on au gouvernement. Confirmation, le cas échéant, dans neuf jours…

Le Figaro Par Marie Visot

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits