Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Votre département > Charenton-le-Pont
CHARENTON : Charenton pleure Marius des Bronzés

Marius s’en est allé. Quartier Valmy, à Charenton, quelques téléphones ont sonné hier matin pour s’échanger la nouvelle. Voisins et commerçants côtoyaient Maurice Chevit, connu pour son second rôle hilarant dans « Les Bronzés font du ski » mais aussi homme aux centaines de pièces de théâtre, aux deux Molières (en 2002 et 2005) et aux téléfilms. Il est décédé mardi à l’hôpital de Saint-Maurice, à 88 ans. Ses obsèques seront célébrées vendredi à 14h30 en l’église Saint-Pierre de Charenton.

Un homme simple, amical

« Je l’admirais pour sa carrière professionnelle et son voisinage très gentil », explique Guy, responsable d’un commerce qui jouxte l’immeuble cossu de la rue de Paris, où le comédien a vécu avec sa femme et ses deux fils à partir de 1963.

« Il était plein de délicatesse », renchérit Annie, voisine de longue date. Celle, par exemple, de l’aider à monter ses courses alors qu’elle est enceinte et qu’il n’y a pas encore d’ascenseur. Celle aussi de prendre des nouvelles des uns et des autres à chaque rencontre avec Maria, gardienne de l’immeuble. « Il avait un côté sympa, très amical, même si, avec l’âge, il était plus en retrait, raconte-t-elle, visiblement émue. N’empêche, dès que le film les Bronzés était diffusé, on s’appelait entre nous : y a monsieur Chevit qui passe à la télé ! »

Et Annie d’ajouter : « Un jour que je l’accompagnais au théâtre, un conducteur a dit : Ah, c’est lui qui met le fil dentaire dans la fondue ! » « Cette référence l’amusait », souligne Hervé Masquelier, directeur du Théâtre des Deux-Rives, qui a connu « le premier des seconds rôles ». L’anecdote fait aussi sourire les fils du comédien : « Il a toujours regretté que le rire soit considéré comme moins respectable qu’autre chose, explique Pascal. D’ailleurs, c’est une réplique du film qui titre son autobiographie. » Fièrement, Annie fait lire la dédicace que lui avait consacrée Marius : « Pour ma copine du d’ssus, avec une bise. » Amical et sans chichis.

Le Parisien Elsa Marnette | Publié le 04.07.2012, 07h00

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits