Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Créteil réclame un meilleur entretien des routes

Le député-maire PS, Laurent Cathala, reproche aux services de l’Etat et du département un laisser-aller. Il propose au conseil général de reprendre le nettoyage de la D1.

On ne s’en rend pas toujours bien compte, confortablement installé dans sa voiture. Mais, lorsqu’ils sont à pied, une autre réalité se présente aux promeneurs. Certains bas-côtés des routes à Créteil ressemblent à de vrais dépotoirs. De vieilles boîtes de conserve toutes rouillées, vestiges d’un temps passé, s’entassent dans un fossé d’une sortie de la D1, direction l’A 86. Sur une bretelle d’accès, les ronces avancent dangereusement sur la route au risque de griffer la peinture des voitures qui passent trop près. De nombreux papiers gras s’accumulent aussi le long de l’A 86.

Trop de détritus au goût du député-maire PS de Créteil, qui monte au créneau. Laurent Cathala vient d’écrire au ministre, au préfet et au président du conseil général afin d’améliorer le nettoyage des routes qui desservent la ville-préfecture.

Les détritus ne sont plus ramassés depuis plusieurs mois. Sur le plan esthétique, ce n’est pas acceptable mais ça va aussi poser des problèmes de santé publique et de pollution avec les fortes chaleurs à venir », estime l’élu, par ailleurs président de l’agglomération Plaine centrale.

Selon les informations récoltées par le parlementaire, ce laisser-aller semble assez général en raison de la « réorganisation » des services de l’Etat et du « manque d’argent ». Contactée, la Dirif (Direction interdépartementale des routes d’Ile-de-France), qui est chargée des voies rapides, n’a pas souhaité réagir.

De son côté, le conseil général assure : « Une fois par semaine, tous les mardis, deux balayeuses nettoient les accotements de la D1, entre la section A 86 et le terminus de la ligne 8. L’entretien est fait régulièrement. Il n’y a pas de défaut de propreté. » Même si la collectivité reconnaît un balayage « moins » récurrent en raison d’« une baisse des crédits d’entretien de 33% entre 2011 et 2012 ».

Alors, comme on est bien servi que par soi-même — et comme les automobilistes ne sont pas prêts à changer leurs habitudes peu civiques de balancer leurs déchets par la fenêtre, — Créteil propose au département de reprendre le nettoyage de la D1. Le conseil général n’y est « pas opposé ». Une convention se prépare entre les deux collectivités. Jusque-là, seuls les tronçons des routes départementales qui traversent la ville-préfecture, comme la D19 rue de Paris ou la D86 rue des Mèches, étaient entretenus par les agents de Plaine centrale, l’agglo à laquelle appartient Créteil et qui a repris la compétence de la propreté urbaine. La D1 est, elle, considérée comme une route à forte circulation. Reste la problématique des autoroutes et des voies rapides, trop dangereuses et qui nécessitent un matériel de sécurisation dont ne dispose pas l’agglomération. Pour l’heure, le maire de Créteil n’a obtenu aucune réponse.

AGNÈS VIVES | Publié le 14.03.2012

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits