Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Entreprenariat : une région Ile-de-France sans ambition

Retrouvez l’intervention de Patrick Karam sur le thème du développement économique, prononcée à l’occasion de la séance plénière du 21 novembre 2013.

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, Mes chers collègues,

Que de déception. Ce rapport nous remplissait d’espoir quant à une réelle politique de la région en faveur de l’entreprenariat qui en a tant besoin.

Mais une fois de plus, il n’en est rien.

Certes on peut noter la dynamique en matière de création d’entreprises constatée ces dernières années (134.800 en 2012 contre 75.000 créations en 2007) et ce notamment grâce à l’impact positif de la création du statut d’auto-entrepreneur par le gouvernement de Monsieur Sarkozy que vous reconnaissez.

Cependant, ce rapport acte l’échec des dispositifs régionaux actuels. Le bilan de l’action régionale le montre clairement :

En moyenne, depuis 2009, la région aura consacré moins de 1 Million €/an au développement de l’entrepreneuriat pour un public cible à peine supérieur à 3.000 Franciliens par an.

Le bilan est encore plus maigre :

- si on ne prend en compte que les dispositifs réellement opérationnels avec 0,588 M/an (le reste se limitant à des actions de sensibilisation) et 27 personnes accompagnées ;

- si on sort les financements correspondant à la prise en charge d’emplois-tremplins (1,586 M sur la période, soit 0,4 M/an ou 40 % des budgets engagés)

Illustration criante de cet échec, le dispositif Facil’bail, fonds de garantie créé par la région pour faciliter l’accès aux locaux professionnels pour les créateurs d’entreprises. Destiné initialement à soutenir 500 projets… il n’en a soutenu que 4 ! pour un montant de 1950 € (pour 400.000 euros budgétés).

Enfin, face à l’échec de ces dispositifs, les modifications apportées par la région ne répondent pas à la problématique posée et aucune amélioration notable de n’est à attendre. Et ce pour 3 raisons :

La révision des dispositifs vise à davantage cibler les publics les plus éloignés de la création d’entreprise (statistiquement les femmes, les jeunes et les ressortissants étrangers). La question se pose de savoir si la priorité est de viser prioritairement ces publics ou bien plutôt de favoriser les personnes qui ont le plus de chances de voir aboutir leurs projets dans la durée tout en mettant en place, en parallèle, d’autres dispositifs de soutien pour les publics les plus éloignés de la création d’entreprise (comme l’insertion dans l’emploi salarié). Cette révision met toujours autant l’accent sur le recours aux emplois-tremplin. Près de la moitié du budget régional consacré au soutien à l’entreprenariat est en effet absorbé par le financement d’emplois-tremplin destiné à sensibiliser le public à la création d’entreprise. Or peut-on réellement considérer que des emplois-tremplin, par définition occupés par des personnes rencontrant des difficultés dans l’accès à l’emploi, sont les mieux armés pour sensibiliser les Franciliens, eux-mêmes en difficulté, à la création d’entreprise ? On peut en douter… Enfin, le rapport ne présente aucune perspective budgétaire. Au final, il est regrettable qu’une fois encore, la région donne la priorité à l’idéologie sur l’efficacité.

De ce point de vue, plutôt que la création de dispositifs peu lisibles et coûteux en gestion, il aurait été préférable d’utiliser les leviers régionaux que sont les lycées et les CFA.

C’est dans ces lieux en priorité que doit se faire l’éducation à l’entreprise et à la création d’entreprise. Cela permettrait de toucher un public très large (près de 600.000 jeunes, à comparer à l’objectif des 10.000 jeunes de moins de 35 ans à sensibiliser avancé par la région) à moindre coût. De ce point de vue, on ne peut que regretter que la majorité régionale ait décidé lors de la dernière Commission Permanente de rejeter un de nos amendements visant à mettre en place des actions de sensibilisation au monde de l’entreprise dans les lycées.

Rappelons enfin qu’un vrai soutien à l’entreprenariat passe d’abord et avant tout par une politique qui soutient l’entreprise et la réussite c’est-à-dire exactement l’inverse de la politique actuellement menée par le gouvernement de gauche.

C’est pourquoi nous nous abstiendrons sur ce rapport.

Je vous remercie.

Retrouvez l’intervention de M. KARAM sur le Groupe Mouvement Populaire d’Ile-de-France : http://www.ump-iledefrance.fr/

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits