Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Nouveau Grand Paris
Grand Paris : gain économique de 73 milliards d’euros

INFOGRAPHIE - Depuis plusieurs mois, les économistes de la Société du Grand Paris élaborent donc leur propre appareil statis­tique interne.

L’anecdote vient d’un responsable de la Société du Grand Paris (SGP) : « Quand les Britanniques ont voulu construire les égouts de Londres, dans les années 1850, le Trésor de la Reine s’y était d’abord opposé, au motif qu’on ne savait pas évaluer les bénéfices économiques d’un tel projet ! » Cent soixante ans plus tard, les défis d’un chantier urbain hors norme restent toujours les mêmes : comment évaluer les bénéfices d’un investissement d’une trentaine de milliards d’euros, faute de modèle comparable dans le monde ? Depuis plusieurs mois, les économistes de la Société du Grand Paris élaborent donc leur propre appareil statis­tique interne, en s’appuyant sur les travaux d’Émile Quinet - l’un des plus grands économistes français dans le domaine des transports -, mais aussi sur une lointaine instruction « de Robien », portant sur « les méthodes d’évaluation des grands projets d’infrastructure de transport » et sur l’exemple du « Crossrail » à Londres. « Il faut admettre que nous sommes incapables de mesurer précisément l’impact économique de 200 kilomètres de lignes de transport supplémentaires dans une zone urbaine aussi dense », résume, toutefois, un expert de la SGP.

Effets positifs sur l’environnement Pour le moment, leurs travaux classent les avantages économiques selon trois scénarios. Le moins favorable escompte 39,2 milliards d’euros de bénéfices à terme pour l’économie nationale, et le plus avantageux, 102,9 milliards. Le scénario médian, jugé « prudent » évalue à 73,5 milliards d’euros ces avantages. Plus du tiers des gains économiques escomptés proviendrait de gains de temps pour les usagers. En outre, le fait d’avoir des lignes plus automatisées, donc plus régulières, avec plus de place par passager suscite un confort estimé à près de 5 milliards. S’ajoutent enfin des effets positifs sur l’environnement, évalués à 10,6 milliards : non seulement la pollution automobile est réduite, mais une population plus dense consomme traditionnellement moins d’énergie qu’une population plus dispersée. À ces effets « classiques » s’ajoutent ce que les experts appellent des « externalités d’agglomération » : les entreprises et les salariés se trouvant dans une zone dense ont tendance à être plus productifs que ceux qui se situent dans une zone moins dense.

Restent enfin les gains en termes d’emplois, qui ont fait l’objet des débats les plus animés, reconnaît-on au sein de la SGP. Les trois scénarios vont de zéro emploi supplémentaire créé à 315 000 pour le plus ambitieux. Le scénario médian table, lui, sur 115 000 emplois de plus, soit un gain de 14,3 milliards d’euros. Ces chiffres, quoique théoriques, sont proches de ceux auxquels arrive la CCI Ile-de-France, qui table, de son côté, sur au moins 60 milliards de recettes en plus.

Le Figaro Par Cyrille Lachèvre

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits