Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Nouveau Grand Paris
Grand Paris : les entreprises paieront

Financer 30 milliards d’euros de travaux avec une enveloppe ramenée, contraintes budgétaires obligent, à 27 milliards, le choix est osé.

Le gouvernement a poussé jusqu’au bout la solution suggérée par Jean-Paul Huchon, le président socialiste du conseil régional : utiliser les fonds de la Société du Grand Paris (SGP), chargée de la construction du nouveau métro de rocade, pour payer ce qui est déjà prêt, autrement dit les travaux d’amélioration du réseau existant, à la charge de la région, des départements et de l’Etat. « Le nouveau Grand Paris est financé pour le réseau existant. J’ai en effet décidé d’affecter 2 milliards d’euros supplémentaires aux opérations de modernisation et de développement de ce réseau », a déclaré hier le Premier ministre. En fait, ces 2 milliards seront apportés par la Société du Grand Paris sur la période 2013-2017. S’y ajouteront - c’était prévu -1 milliard de l’Etat, 2,5 milliards de la région Ile-de-France et 500 millions, essentiellement des autres collectivités, « soit 6 milliards d’euros permettant d’engager 7 milliards de travaux sur cette période », expliquent les services du Premier ministre. Parallèlement, les recettes affectées par la loi à la SGP vont cesser d’être ponctionnées au profit de l’Agence nationale de rénovation urbaine (95 millions par an) et du budget général de l’Etat. Les rentrées de la SGP devraient ainsi passer de 345 millions d’euros cette année à 512 millions en 2014 et 539 millions en 2015. « L’effet de cette mesure cumulée sur la durée d’amortissement des sources de financement de la SGP (emprunts ou obligations) permet de dégager une capacité de financement de 21,8 milliards d’euros », explique-t-on à Matignon. Il n’est pas prévu, d’ici à 2020, d’accroître la fiscalité Grand Paris pesant sur les entreprises. Elle serait de l’ordre de 500 millions par an, selon le Medef Ile-de-France. En revanche, le gouvernement prévoit bien d’augmenter, de l’ordre de 150 millions d’euros par an, les recettes fiscales de la SGP à compter de 2020 « pour augmenter de 2,5 milliards d’euros sa capacité de remboursement d’emprunts à long terme », dit-on dans l’entourage du Premier ministre. Ces nouvelles recettes seront « négociées » avec les collectivités locales et les entreprises. L’Etat pourrait aussi, « si nécessaire », apporter 1 milliard d’euros à la SGP à compter de 2015. Les collectivités, qui seraient alors appelées à payer leur part (225 millions d’euros), pourraient enfin obtenir la majoration des amendes de stationnement qu’elles réclament depuis des années. « Les économies nous semblent plutôt judicieuses, à l’exception de celles sur la desserte de Saclay et l’absence de liaison directe entre l’aéroport de Roissy et Paris », juge Jérôme Dubus au Medef Ile-de-France. En revanche, pour Valérie Pécresse, chef de file de l’opposition au conseil régional, le plan de financement n’est « pas crédible ». Les investisseurs trancheront.

- D. MA, Les Echos

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits