Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Inversion de la courbe du chômage : l’embrouillamini de Hollande

En visite surprise à Aubervilliers, le chef de l’État a semblé prendre ses distances avec sa promesse de faire baisser le chômage d’ici la fin de l’année, avant de la confirmer à nouveau.

François Hollande en a fait son engagement-phare : la courbe du chômage, répète-t-il à l’envi depuis un an, doit s’inverser avant la fin de l’année. L’occasion pour le chef de l’Etat de fixer un cap précis, chiffré et daté. De convaincre par les faits. Longtemps, François Hollande a maintenu son objectif, malgré les prévisions pessimistes des économistes et le doute grandissant des Français. Mercredi, encore, Michel Sapin affichait sa confiance. Mais à mesure que la date-butoir se rapproche, l’Elysée est forcé de se rendre à l’évidence : le calendrier fixé s’annonce compliqué à tenir.

Jeudi matin, François Hollande a semblé vouloir préparer les esprits à une possible reculade. Le chef de l’État, qui a interrompu sa séquence internationale en organisant une visite surprise à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a pour la première fois pris ses distances avec sa promesse. « C’est vrai que j’ai fixé l’objectif de l’inversion de la courbe du chômage » d’ici la fin de l’année, a-t-il reconnu en ouvrant une table ronde dans une PME qui doit signer des contrats de génération. « C’est une bataille que nous avons engagée, elle se fera mois par mois, et nous devons y travailler sans cesse. Ça nous prendra tout le temps qui est nécessaire, ce mois-ci comme les autres mois. Mais ce qui compte, c’est cette tendance que nous devons maintenant imposer, c’est que le chômage doit cesser d’augmenter », a insisté le président de la République.

A ce moment, les socialistes semblaient prêts à assurer le « service après-vente » du discours présidentiel. « Il ne faut pas nous créer nous mêmes je ne sais quelle contrainte sur le jour, la semaine, le mois à partir duquel nous pourrons constater cette inversion de la courbe du chômage », a prévenu le président du Sénat Jean-Pierre Bel dans la cour de Matignon, confirmant l’impression donnée d’un enterrement de première classe de la promesse. C’était sans compter l’imprévisibilité de François Hollande, qui est revenu sur ses propos quelques minutes après son intervention. « Oui », la courbe s’inversera avant la fin de l’année a-t-il promis à la presse, semant la confusion sur ses intentions.« Quand le président parle de mois de labeur, c’est sur la baisse [continue, ndlr] du nombre de chômeurs mais l’objectif d’inversion de la courbe d’ici la fin de l’année est bien évidemment maintenu », tente, sans trop de succès, de clarifier son entourage.

La tentative de déminage du chef de l’État intervient à quelques heures de la publication des chiffres du chômage pour le mois d’octobre. En septembre, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité avait augmenté de 60.000 pour atteindre 3,29 millions, un record. Face à ces résultats médiocres, Jean-Marc Ayrault avait déjà anticipé un hypothétique abandon de la promesse présidentielle, la semaine dernière, en prévenant que la courbe du chômage ne s’inverserait « durablement que si la croissance revient ». Or les économistes estiment qu’il faut une croissance de 1,9% pour générer de nouveaux emplois. Un objectif que la France est loin d’avoir atteint.

Pour l’exécutif, le verdict ne pourra être rendu que fin janvier, lorsque les chiffres des inscrits à Pôle emploi fin décembre seront connus. Mais l’opposition, comme l’opinion, pourraient réclamer des comptes au gouvernement dès la fin de l’année.

Le Figaro par Jim Jarrassé

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits