Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
L’état de catastrophe naturelle reconnu dans six villes

L’Etat vient de reconnaître que les inondations de juin ont causé d’importants dégâts dans l’est du département.

Les urgences de l’hôpital Saint-Camille de Bry obligées de fermer, des dizaines de caves inondées, des routes impraticables, des coupures d’électricité, la circulation des transports en commun très perturbée : les fortes pluies qui étaient tombées dans l’est du département le 19 juin avaient provoqué de gros dégâts. C’est ce que vient de reconnaître l’Etat, qui a pris la semaine dernière un arrêté de catastrophe naturelle pour les communes de Bry, Fontenay et Le Perreux. Les villes de Marolles, Santeny et Villecresnes obtiennent elles aussi ce sésame permettant de meilleurs remboursements des assurances, mais pour les inondations qu’elles ont connues entre le 8 et le 9 juin. D’autres communes comme Villiers, Champigny et Villeneuve-Saint-Georges n’apparaissaient pas encore au Journal officiel et doivent patienter pour savoir si elles seront reconnues. En revanche, il n’y a plus d’espoir pour les habitants d’Ablon, du Plessis-Trévise et de Valenton, dont les demandes ont été officiellement rejetées. Les habitants des villes qui ont obtenu la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle doivent maintenant se tourner de nouveau vers les assureurs. « Avant le vendredi 6 décembre », précise même la ville de Bry-sur-Marne sur son site Internet. Cette commune avait sans doute été la plus touchée le 19 juin, quand des trombes d’eau s’étaient abattues dans ses rues. « J’habite là depuis 1948 et je n’avais jamais vu ça, se souvient Sabatino, qui réside avenue Clemenceau. Je me suis retrouvé avec 20 cm d’eau dans toute ma cave. Heureusement que j’avais tout surélevé ! » Sabatino envisage maintenant des travaux à l’entrée de sa maison pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise. « C’était tellement impressionnant, il n’y avait plus moyen de passer sous le pont menant à la gare, et pas de RER le premier soir, raconte Alioune, qui vit dans le même quartier. Notre immeuble a été privé d’ascenseur quelques jours à cause de l’eau accumulée et il a fallu changer toutes les moquettes du hall. » Les habitants de la commune avaient participé au dossier de demande d’arrêté de catastrophe naturelle en fournissant à la mairie d’impressionnantes photos des sinistres.

Le Parisien Laure Parny

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits