Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Nouveau Grand Paris
Le Grand Paris Express pourrait être revu à la baisse

Le jour tant attendu est arrivé. L’ex-cadre de la RATP Pascal Auzannet doit remettre ce matin son rapport sur le Grand Paris Express à Cécile Duflot. La ministre de l’Egalité des territoires et du Logement lui a demandé ce document pour chiffrer et préciser le calendrier de réalisation de ce projet de métro automatique en banlieue, épine dorsale du Grand Paris. En clair, de voir comment le supermétro peut être retardé, voire amputé, pour rester dans une enveloppe globale de 20,5 Mds€.

Des tronçons abandonnés ?

Depuis la commande de ce rapport, les élus franciliens de tous bords ne cachent par leur inquiétude. Hier, le député-maire (PS) de Gonesse (Val-d’Oise), Jean-Pierre Blazy, est monté au créneau. « Ce rapport comporterait des propositions inacceptables pour le Nord-Est francilien. La réalisation de la ligne rouge entre Le Bourget RER (Seine-Saint-Denis) et Roissy-CDG (Val-d’Oise) serait renvoyée entre 2025 et 2040. Même chose pour le grand arc nord-est qui dessert Le Blanc-Mesnil, Aulnay-sous-Bois, Sevran, Clichy-Montfermeil (Seine-Saint-Denis), Chelles et Noisy-Champs (Seine-et-Marne). Autant dire un abandon de ces deux tronçons. »

En fait, plusieurs pistes seraient évoquées. D’après nos informations, le rapport préconiserait un étalement des travaux dans le temps : les tronçons de Pont-de-Sèvres (Hauts-de-Seine) à Noisy-Champs (ligne rouge) et de Nanterre (Hauts-de-Seine) à Noisy-Champs (ligne orange) seraient remis à 2025. Le reste serait réalisé après cette date, qui devait pourtant être celle de l’achèvement du projet. En outre, la boucle de la ligne rouge pourrait ne pas être complète. Le tronçon entre Pont-de-Sèvres et Nanterre serait abandonné. Tout comme la branche de la ligne orange entre Rosny (Seine-Saint-Denis) et Champigny.

« On doit tout faire, a réaffirmé hier Jean-Paul Huchon, le président (PS) de la région. Si on doit phaser (NDLR : retarder certains tronçons), d’accord, mais il faut qu’on se tienne au projet tel qu’il existe. » Un refrain repris par le député seine-et-marnais Yves Albarello (UMP), corapporteur de la loi sur le Grand Paris : « Je n’accepterai pas qu’il y ait une remise en cause du tracé arrêté. » Cécile Duflot doit arrêter des choix début 2013.

Le Parisien Louis Moulin | Publié le 13.12.2012, 07h00

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits