Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Métropole de Paris
Le gouvernement propose une réforme plus ambitieuse pour la métropole de Paris

Un amendement est déposé ce matin pour tenter de résoudre le casse-tête parisien.

La ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu ne connaît pas de répit sur le front de la décentralisation. Malmené par les élus, scindé, réécrit par le Sénat, son projet de loi sur les métropoles est depuis lundi sous les fourches Caudines de la commission des Lois de l’Assemblée nationale. Plus de 700 amendements ont été déposés, mais une seule question demeure : comment régler le cas de Paris après le camouflet infligé par le Sénat, qui a voté contre l’article ad hoc ? Le gouvernement pense avoir trouvé la parade. Il déposera ce matin un amendement qu’il a qualifié lui-même de big bang institutionnel : la création d’une gigantesque intercommunalité de 124 communes - dont Paris - à l’échelle de la petite couronne dès 2015. Avec l’objectif - non encore avoué - de supprimer à terme les trois départements de la petite couronne. Cette solution, plus radicale que la mouture présentée au Sénat, coupe court aux nombreuses critiques émises, à droite, mais aussi à gauche sur la création d’une « nouvelle couche du millefeuille ». Une couche est certes créée, celle de la métropole, mais une autre disparaît, celle des intercommunalités. Mais il est vrai que les villes de la petite couronne, contrairement au reste de la France, n’y recouraient guère. Transformées en « conseils de territoires », elles seront chargées, comme à Marseille, d’appliquer sur le terrain les politiques métropolitaines (logement, transition énergétique, urgence sociale), mais n’auront plus ni pouvoir ni budget propre. En revanche, le gouvernement remet les maires au premier plan, mesure qui devrait lui assurer le soutien des élus communistes. Enfin, cette métropole devrait être dotée d’une généreuse enveloppe de départ. A bien des égards, la solution retenue paraît proche de celle de Marseille. A une différence de taille près : échaudé par la bronca des Marseillais, le gouvernement n’a cessé de jouer la concertation pour tenter de trouver un point de consensus entre les élus franciliens. Des semaines de tractations, parachevées par la remise lundi d’une proposition commune d’élus au Premier ministre, qui a servi de base au texte. « Electrochoc » « Chez les élus aussi, l’échec du Sénat a créé un électrochoc. Paris restait au bord de la route alors que Lyon et Marseille avançaient ! Beaucoup ont eu envie de s’en sortir. La solution qui s’est imposée a été de sortir par le haut avec une grosse réforme, puisque, en étant trop peu ambitieux, nous n’avions contenté personne », raconte-t-on au gouvernement. Cette nouvelle mouture connaîtra-t-elle un meilleur sort lors de son passage dans l’hémicycle le 16 juillet ? Une chose est sûre, les élus veillent au grain et certains espèrent pousser encore leur avantage. Paris rêve de voir le périmètre s’élargir un jour au-delà de la petite couronne. La Seine-Saint-Denis, elle, espère recevoir davantage du nouveau fonds de solidarité francilien.

Les Echos Laurence Albert

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits