Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Les Français veulent un changement, les élus socialistes aussi

L’enquête OpinionWay pour Le Figaro n’a pas créé de grande surprise dans les rangs socialistes.

Pas étonnés. Pas même déstabilisés. L’enquête OpinionWay pour Le Figaro selon laquelle les Français prônent une dissolution ou un vaste remaniement n’a pas créé de grande surprise dans les rangs socialistes. Au fil des mois, les élus PS ont appris à encaisser les mauvais sondages. Pour eux, il ne fait aucun doute que les Français veulent un changement. « C’est une enquête de plus qui vient confirmer le divorce croissant entre l’opinion et ses gouvernants », lâche le député PS Laurent Baumel, cofondateur de la Gauche populaire. « Quand un exécutif arrive à un niveau de popularité si bas et que l’on demande aux gens s’il faut changer quelque chose, ils répondent forcément oui », réagit Christophe Borgel, député PS de la Haute-Garonne et secrétaire national aux élections au sein du parti. Fairé évoluer le système

Le porte-parole du groupe PS à l’Assemblée nationale Thierry Mandon n’est pas plus étonné. « Les Français veulent un changement, c’est certain. Mais, au regard des résultats du sondage, ils sont hésitants sur la manière d’exprimer ce souhait », affirme-t-il. À entendre Thierry Mandon, le pouvoir en place ne s’en sortirait pas si mal compte tenu du fait que « seulement » 39 % des sondés demandent au président de la République une dissolution de l’Assemblée, et par ricochet un probable changement de majorité. « Ils sont sensiblement moins nombreux que ceux qui avaient voté Nicolas Sarkozy en 2012, se réjouit-il. Ils savent que ce n’est pas un changement de majorité qui réglera les problèmes. » Moins optimiste sur ce point, un ministre lâche : « C’est le général Boulanger qui réclamait la dissolution. À la place de l’UMP, je ne me réjouirais pas trop vite. Le seul parti à pouvoir être content, c’est le FN. » Si les élus PS comprennent aussi bien cette attente de changement exprimée des Français, c’est qu’ils la partagent. Les députés PS auraient d’ailleurs demandé à rencontrer le président pour exprimer leur mécontentement. Sans aller jusqu’à la dissolution, beaucoup veulent voir le système évoluer. Opposé à la hausse de la TVA en janvier, Baumel plaide depuis de longs mois pour « une inflexion de la politique, notamment fiscale ». Borgel n’y est pas favorable. « Cela coûterait 6 milliards d’euros », dit-il. Mais, lui aussi, pense que le changement s’impose de façon urgente. « Notre problème, dit-il, c’est la cohérence, la mise en perspective. Il faut donner de la cohérence ». Pour certains, Hollande devrait s’exprimer davantage. « Il faut qu’il parle aux Français de façon plus régulière », assure Mandon. Il ajoute : « Entre un Nicolas Sarkozy qui s’exprimait deux fois par jour et un François Hollande qui parle une fois par semestre, on doit pouvoir trouver un juste milieu qui convienne aux Français. »

Le Figaro par Anne Rovan

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits