Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Nouveau Grand Paris
Les élus de l’Est rassurés sur le supermétro

Hier après-midi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rendu son arbitrage sur la réalisation du supermétro.

La ligne rouge du métro automatique reliant Saint-Denis-Pleyel (Seine-Saint-Denis) via Le Bourget au Mesnil-Amelot est ainsi attendue dès 2025 à la gare du Triangle de Gonesse, en 2027 à Roissy-Charles-de-Gaulle et en 2030 à son terminus seine-et-marnais.

Cette annonce vient rassurer les élus du secteur, inquiets depuis les conclusions du rapport Auzannet, qui préconisait le report de cet axe du supermétro au-delà de 2025 pour des raisons budgétaires. « Notre mobilisation a payé. Notre pétition de plus de 10000 signatures, recueillies dans les trois départements du Grand Roissy (NDLR : Val-d’Oise, Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis) a pesé. On nous a entendus », estimait hier, « soulagé et satisfait », Patrick Renaud, le président de l’association des élus du Grand Roissy.

Unis depuis un an, ils se sont battus bec et ongles, « toutes sensibilités confondues, pour que ce territoire ne connaisse pas de retard dans le développement de ses nombreux projets économiques », qui pourraient créer, selon les estimations des experts, jusqu’à 140000 emplois sur ce territoire d’ici à 2030.

Didier Vaillant, le président (PS) de l’agglomération Val de France, a salué ces nouvelles « rassurantes ». Grand soulagement également pour Jean-Pierre Blazy, le député-maire PS de Gonesse, qui « se félicite de ces annonces qui permettront le développement de l’est du Val-d’Oise et contribueront à la réduction de la fracture territoriale en Ile-de-France ». Le patron d’EuropaCity se laisse un mois de réflexion

Ce calendrier énoncé par le gouvernement doit aussi rassurer les investisseurs impliqués dans le projet de développement du Triangle de Gonesse, avec ses quartiers d’affaires. La construction de son fer de lance, le projet commercial, culturel et de loisirs, EuropaCity, porté par le groupe Auchan et qui générerait 18000 emplois, est en effet conditionné « à une desserte par les transports ». Son sort semblait menacé si le métro automatique avait vu le jour au-delà de 2025. Christophe Dalstein, directeur du projet EuropaCity, est toutefois plus réservé que les élus et se donne un mois de réflexion. « Le projet s’apprête à franchir une nouvelle étape. Nous allons mener des études afin de vérifier les impacts éventuels du nouveau schéma des transports sur la desserte d’EuropaCity. Leurs conclusions seront connues dans un mois environ. Si les conditions sont rassemblées, nous annoncerons l’équipe d’architectes retenue ainsi que le calendrier de l’opération », commente le directeur.

Le président PS de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, Dominique Lefebvre, s’est « réjoui » des annonces du Premier ministre. « Les nouvelles orientations du Grand Paris auront des répercussions directes et positives pour l’agglomération, a-t-il expliqué. Pour la question des transports, l’engagement financier de l’Etat, à hauteur de 7 Mds€, permettra la modernisation du réseau existant et une amélioration sensible du quotidien des voyageurs. Elles confortent le schéma directeur du RER A. »

Le Parisien Bénédicte Agoudetsé | Publié le 7 mars 2013, 07h00

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits