Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Les mauvaises bases de la future loi logement

Chaque ministre du logement a voulu créer des logements supplémentaires et le précédent gouvernement avait fait un effort considérable en ce domaine. Le problème est qu’il faut de plus en plus d’espace à chacun : plus question de dormir à plusieurs enfants dans une même pièce et les divorces doublent les surfaces nécessaires pour loger une même famille. Mais la nouvelle ministre croit qu’il suffit de décréter pour obtenir. Ainsi, mardi 11 septembre débutera au Sénat l’examen d’un nouveau texte qui ne va pas vraiment améliorer les choses pour nos communes déjà sur-urbanisées : le quota de logements sociaux devra atteindre 25 % ( au lieu de 20).

Inconnues, comme Saint-Mandé sont des toutes petites villes très denses, dans les plus denses de France. Malgré tous les efforts faits depuis 10 ans, nous sommes encore loin des 20 % et nous ne pourrons sans doute jamais les atteindre. Alors 25 ! Même en remplaçant les quelques maisons de ville qui ont résisté à la pression immobilière par des immeubles, nous n’y arriverions pas. C’est comme si l’on demandait à un enfant de CP de résoudre une équation au 1er degré. Alors, Cécile Duflot a repris une idée de Nicolas Sarkozy : l’Etat pourra offrir aux communes ses immeubles et terrains inoccupés. La différence par rapport à la précédente loi est que cette mise à disposition pourrait être totalement gratuite. Bonne idée, si les communes ont les moyens de construire non seulement les logements mais tout ce qui va avec : crèches, écoles, infrastructures sportives et culturelles, moyens de transport. Bonne idée dans les communes qui disposent de ce type de terrain. Ce n’est pas le cas à Vincennes. Bonne idée si l’Etat savait exactement ce qu’il possède. Ce qui n’est pas non plus le cas puisque dans la liste publiée par le ministère du logement, il y a de nombreuses erreurs : terrains ou bâtiments déjà vendus parfois même déjà reconstruits en partie ( comme sur Bégin) ou en zone insondable ( comme à Villiers sur Marne). Dans le Val-de-Marne, la liste des terrains cessibles par l’Etat concerne essentiellement des communes ou le taux de logements sociaux dépasse 40 voir 50 %. c’est une approche très particulière de la qualité de la vie vue par les écolos : on bétonne encore davantage ce qui l’est déjà beaucoup !

Retrouvez cet article sur le site de Catherine PROCACCIA : http://www.catherine-procaccia.com/...

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits