Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Logement
Logement 2013 : le compte n’y est pas !

Retrouvez l’intervention de Gilles Battail sur le thème du logement, prononcé à l’occasion de l’examen du budget 2013 du conseil régional d’Ile-de-France.

Monsieur le Président, Madame la Vice-présidente, mes chers collègues,

Décidément le compte n’y est pas.

L’exécutif régional acte pour la deuxième année consécutive une baisse de son investissement en matière de logement : – 40 millions € en AP et -32 millions € en Crédits de Paiement entre 2011 et 2013.

Et pour la 1ere fois, l’ensemble des crédits dédiés au logement social sont en baisse : logements très sociaux, logements sociaux, logements intermédiaires, logements étudiants, aucun n’échappe à la coupe budgétaire.

Ce qui ne manque pas de sel pour les forces de gauche, ces mêmes forces qui ne peuvent plus dire que l’Etat est responsable de leurs difficultés pour construire.

C’est à croire qu’une certaine fatalité frappe la gauche en matière de logement puisque je rappelle que les années noires de la construction, en particulier dans le logement social, ont été le début des années 80 et que la majorité précédente avait réussi à remonter le chiffre de la construction de logements ces dernières années et qu’il va retomber passant de 400.000 en 2011 à environ 310.000 prévus pour 2013.

Au cours de l’examen du rapport cadre logement en 2011, nous nous étions opposés à la disparition des aides au logement social intermédiaire.

Le CESER et les rapports de l’IAUrif soulignaient pourtant le besoin dans ce secteur en le chiffrant à un effort de 10.000 logements supplémentaires par an.

En réservant ces financements aux communes qui ont plus de 40% de logements sociaux et lorsqu’on ajoute qu’en grande couronne ce type de dispositif est rarement financièrement pertinent, on voit qu’on contribue à rendre la tâche des opérateurs et des maires bâtisseurs plus ardue s’ils veulent satisfaire aux objectifs que l’on ne cesse de leur répéter afin de contribuer à construire 500.000 logements par an.

Sans doute cela relève-t-il de la méthode Coué. Il est d’ailleurs intéressant de noter que Madame Duflot, ministre, semble découvrir les vertus du soutien au logement intermédiaire que ses anciens collègues n’ont eu de cesse de faire disparaître à la région.

Dans les colonnes d’un excellent journal et s’agissant des investisseurs qu’elle souhaite orienter ou attirer vers ce secteur : « Nous voulons les orienter vers l’achat de logements intermédiaires qui seraient mis sur le marché à des prix accessibles et dans des zones sous tension »

C’est donc la reconnaissance implicite du besoin de logements intermédiaires pour notre territoire.

Une vraie politique régionale du logement doit être équilibrée et tous les moyens doivent être mis en œuvre pour arriver à l’objectif national des 500.000 logements. Il faudra bien un jour arrêter d’opposer les dispositifs entre eux.

Dommage que notre région se soit engagée dans un chemin inverse, sur cette question du logement intermédiaire. On pourrait alors supposer que d’autres dispositifs se trouvent abondés, il n’en est rien et je vous livre ici des chiffres concernant les logements jeunes et surtout étudiants qui sont également en baisse.

Une nouvelle fois le compte n’y est pas.

C’est ainsi que l’engagement de financer 4000 logements étudiants par an s’est soldé à 2 544 opérations pour 8,5 millions euros en 2011.

Comment allez-vous mieux faire avec 9 millions euros en Crédits de paiement pour 2013 ?

Depuis l’adoption du rapport cadre en 2011, on est en retard de la moitié par rapport à l’objectif que vous vous êtes vous-mêmes fixés, alors même que ce secteur semble (aux dires des fédérations de promoteurs privés) encore actif dans le contexte morose ambiant.

Enfin, l’amélioration de la situation énergétique des logements est une de vos priorités.

Malheureusement l’augmentation prévue de la TVA dans le secteur de la rénovation des logements viendra sans doute contrarier vos ambitions.

Si il semble que le secteur du logement social sera épargné, qu’en sera-t-il des copropriétés dégradées et des petits propriétaires à qui s’adressent certains des dispositifs que vous soutenez ? Ils paieront l’addition.

Et on va profondément pénaliser le secteur du bâtiment, pourtant l’un des grands pourvoyeurs d’emplois non délocalisables dans notre pays.

Il s’agit en outre d’un des secteurs dont les difficultés explosent : 14 500 emplois ont été supprimés en 2012, et les prévisions pour 2013 indiquent que 40 000 autres emplois devraient être détruits.

Ces chiffres sont à rapprocher des 600 emplois de Florange, dossier pour lequel tant d’efforts vains ont été déployés avec un objectif de sauvetage de 70 fois moins d’emplois.

Voilà une occasion ratée de préserver des emplois non délocalisables, toute la filière vous attend.

Surtout je souhaiterais que nous puissions nous imprégner dans nos choix en matière de logement de ce principe cher aux médecins : d’abord ne pas nuire : primum non nocere pour ceux qui aiment le latin.

Retrouvez cette intervention sur le site du groupe Mouvement Populaire Ile-de-France : http://www.ump-iledefrance.fr/2012/...

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits