Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Métropole de Paris
Métropole/Paris:risque de" guerre froide"

Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) a estimé aujourd’hui que le gouvernement avait décidé en créant la Métropole de Paris une "sorte de Yalta", en donnant à la région Ile-de-France la responsabilité des transports, et à la métropole celle du logement, et qu’on se préparait à "une guerre froide interminable".

Le projet de loi de décentralisation prévoit la création le 1er janvier 2016 d’une Métropole de Paris regroupant les 412 communes du coeur de l’agglomération, qui aura des compétences en matière de logement. Ce projet renforce par ailleurs les pouvoirs de la région dans l’organisation des transports. "On a l’impression que tout cela correspond à une sorte de Yalta, avec l’attribution des transports à la région, et du logement à la métropole. On se prépare à une sorte de guerre froide interminable", a déclaré la députée de l’Essonne, candidate à la mairie de Paris, lors d’une conférence de presse ce soir.

"Que l’on trouve des solutions aux problèmes des habitants à l’échelle de la métropole j’y suis favorable. Mais les Parisiens ont des problèmes de transports, de logement, de sécurité, alors que le gouvernement a un problème entre (le président de la région Ile-de-France) Jean-Paul Huchon et (le maire de Paris) Bertrand Delanoë", a-t-elle dit. La députée a critiqué l’"ajout d’une nouvelle structure (...) dessinée à la mesure d’un conflit entre personnes", et qui vient "rajouter une nouvelle couche" au millefeuilles institutionnel francilien.

Concernant le projet du Grand Paris Express, NKM s’est dite "heureuse que le gouvernement reprenne ce projet après avoir laissé planer un doute", en le plaçant sous la responsabilité d’une ministre, Cécile Duflot, qui "avait fait connaître son hostilité". Elle a par ailleurs dénoncé le "tour de passe-passe" financier en vertu duquel le plan de mobilisation des transports sera financé par des fonds de la Société du Grand Paris, initialement prévus pour le Grand Paris Express.

L’ancienne ministre de l’Ecologie s’est enfin inquiétée du financement au-delà de 2020 du projet de super métro. "Au-delà de 2018-2019 le flux financier prévu ne suffit pas", a-t-elle souligné, en demandant au gouvernement de préciser ses intentions concernant la durée d’amortissement des emprunts et les nouvelles recettes envisagées à partir de 2020.

AFP 06/03/2013

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits