Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Plus de la moitié des écoles fermées demain

Environ 90% des enseignants du département n’assureront pas leurs cours pour protester contre la réforme des rythmes scolaires.

Vent de révolte contre les nouveaux rythmes scolaires. La formule est d’un syndicaliste qui peinait, ce week-end, à suivre toutes les intentions de grèves dans le département. Demain, environ 350 écoles sur 630 seront fermées ; une majorité d’enseignants devraient participer à la manifestation parisienne pour réclamer l’abrogation du décret qui prévoit le passage à la semaine de 4,5 jours dans les écoles à la rentrée prochaine.

Certains réclament, a minima, que les communes usent de leur droit à la dérogation — dont toutes peuvent bénéficier — pour différer l’application de la réforme à septembre 2014.

80% à 90% des enseignants font grève

« On n’a jamais vu ça », estime Brigit Cerveaux du Snuipp, syndicat majoritaire dans le premier degré. « Les anciens disent que ce n’est pas arrivé depuis mai 1968 », rapporte, de son côté, Luc Bénizeau du Snudi-FO. Selon lui, certaines communes affichent 100% d’enseignants grévistes, comme à Cachan, Saint-Mandé, Ablon, Santeny… « Les collègues sont très pragmatiques. Ce qu’ils voient, c’est un désengagement de l’Etat et un transfert vers les collectivités territoriales avec une éducation à deux vitesses selon le lieu d’habitation », estime sa collègue du Snuipp. Aux grévistes de l’Education nationale s’ajoutent des appels à la mobilisation au sein des personnels communaux dédiés au périscolaire.

Des rassemblements locaux avant la manif

Certains enseignants comptent mettre la pression à leurs municipalités pour qu’elles décalent l’application de la réforme à 2014. C’est notamment le cas à Fresnes et Cachan où des rassemblements sont prévus avant la manifestation nationale.

Mairies et parents sont dépourvus

Certaines communes n’assurent jamais le service minimum d’accueil ; d’autres oui, mais recommandent cette fois-ci aux parents de garder leurs enfants à la maison. « Compte tenu de l’ampleur prévisible de la mobilisation, il sera difficile de réunir les moyens humains pour assurer ce service dans toutes les écoles », peut-on ainsi lire sur le site Internet de Saint-Maur. Du côté des parents, certains peinent à trouver une solution.

« Je vais peut-être devoir emmener ma petite au travail, explique une représentante de parents d’élèves à Valenton, ville où 98% des enseignants se sont déclarés grévistes. Je soutiens les enseignants mais deux grèves en trois semaines, cela devient difficile de s’organiser. »

Le Parisien Elsa Marnette | Publié le 11.02.2013, 07h00

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits