Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Politique Nationale
Plus flou que le Président de la République c’est possible avec son premier Ministre !!

Selon Hervé Gattegno, rédacteur en chef au "Point", le Premier ministre a rivalisé en imprécision avec le chef de l’État. Préoccupant.

Jean-Marc Ayrault a prononcé hier devant les députés son discours de politique générale. Vous ne l’avez guère trouvé convaincant. Votre parti pris : Ayrault est encore plus flou que Hollande !

Jusqu’ici, Jean-Marc Ayrault donnait l’impression d’être plus carré, plus net que François Hollande, dont la précision n’est pas la qualité première. Le discours d’hier a montré le contraire. Sur la forme, c’était une énumération fastidieuse de propositions déjà connues. Sur le fond, une suite d’ellipses et de formules creuses. Autrement dit : pas de souffle et beaucoup d’air. C’est peut-être la façon pour Jean-Marc Ayrault de marquer sa déférence : il s’est efforcé de ne faire aucune ombre à François Hollande - ni aucune lumière sur sa politique.

Le Premier ministre a quand même précisé les grandes lignes de sa politique économique et fiscale. Vous attendiez qu’il donne plus de détails ?

Il aurait été difficile d’en donner moins ! Toutes les mesures étaient connues. Il n’en a précisé aucune. La suppression des allègements d’ISF, l’abrogation du bouclier fiscal et de la TVA sociale, c’est l’abolition de la politique de Nicolas Sarkozy ; ça ne fait pas une politique. Tout le monde sait qu’il devra augmenter la CSG, il n’en a pas dit un mot. Et il promet que les efforts à venir épargneront les "classes moyennes" - mais il ne définit pas les "classes moyennes". Et puis sur la réduction des dépenses publiques, le sujet que François Hollande esquive depuis des mois, on pouvait espérer qu’enfin, il ferait la clarté... et c’est le trou noir.

Est-ce que vous retenez quand même quelque chose de ce discours ?

Son manque de hauteur, de perspective. Un discours de politique générale sert à donner du sens. En 1981, Pierre Mauroy avait expliqué comment il voulait "changer la vie". En 1969, Chaban dessinait sa "nouvelle société". Ces formules-là restent - comme celle, moins lyrique, de Raffarin (2002) : "Notre route est droite mais la pente est forte." Avec Ayrault, on était plus près de l’allocution du maire au conseil municipal de Nantes. Pas de pensée politique, plutôt un pensum. Le pire, c’est qu’il a dit qu’il viendrait régulièrement s’expliquer devant les députés : on comprend que l’un d’entre eux ait fait un malaise !

En tout cas, Jean-Marc Ayrault peut au moins se féliciter d’avoir obtenu un vote de confiance - avec les voix du PS, des radicaux et des écologistes. Ça veut dire qu’il a une majorité solide ?

Solide, pléthorique et disciplinée - en tout cas pour l’instant. Cela dit, obtenir la confiance quand on vient de gagner les élections, c’est à la portée du premier venu. Son problème, c’est que le flou persistant dans lequel ce pouvoir s’installe, s’enlise même, oblige à se demander s’il est dans l’impréparation ou dans l’insincérité. Dans les deux cas, c’est préoccupant.

Le Point.fr - Publié le 04/07/2012

Retrouvez cet article sur le blog de Jacques JP MARTIN : http://www.jacques-jp-martin.fr/spi...

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits