Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Pourquoi je suis contre la taxe Nutella-huile de palme

Lors de la commission des affaires sociales, j’ai découvert avec effarement la nouvelle taxe inventée par les socialistes : 300% de plus pour l’huile de palme et cela, sans prévenir personne !

Il se trouve que je monte actuellement un colloque sur la forêt indonésienne et que j’organise une table ronde sur les palmiers à huile. J’ai donc appris :

- que l’huile de palme est utilisée quotidiennement depuis 3000 ans dans la cuisine domestique en Afrique en Amérique latine et en Asie et que son utilisation s’est généralisée à l’échelle planétaire
- que le rendement des palmiers à huile étant bien supérieurs à celui du soja (10 fois) ou du tournesol (8 fois) ; il faudrait donc utiliser plus de terres cultivées pour remplacer les palmiers à huile.
- en terme d’environnement, les industriels n’achètent maintenant que de l’huile provenant de plantations certifiées, c’est à dire qui se trouvent sur des terres auparavant dégradées ( et non déforestées) et qui respectent des règles sociales pour leurs salariés. Il faut reconnaître ici le rôle positif qu’ont joué les ONG auprès des pays producteurs pour mettre ainsi fin à la déforestation du siècle dernier.
- Sur le plan santé, le rapport de l’Anses dont on parle beaucoup, condamne une consommation trop importante d’acides gras saturés et pointe du doigt l’huile de palme qui en contient 50 %. Mais le beurre en contient 61% !

Pour moi, ce qu’il faut, c’est faire en sorte que les français mangent plus équilibré et consomment moins de produits préparés. Et si l’huile de palme est présente dans le Nutella, elle l’est aussi aussi dans les brioches, dans les gâteaux industriels, dans les plats surgelés pas simplement parce que cette huile est peu coûteuse mais pour ses propriétés gustatives.

Si l’huile de palme était vraiment dangereuse, il faudrait l’interdire, pas se contenter de la taxer. Cet alibi sert une nouvelle fois à faire payer un peu plus les consommateurs plutôt que de mieux contrôler les dépenses médicales !

Enfin, en tant que Présidente du groupe d’amitié sénatorial avec l’Indonésie, je fais un choix clair : celui de ne pas faire mourir de faim les millions d’hommes qui vivent sous le seuil de pauvreté et pour lesquels la collecte de l’huile de palme est le seul revenu. Que les occidentaux qui mangent trop riche surveillent leur alimentation sans pour autant condamner les populations des pays en voie de développement !

Les indonésiens qui étaient 147 millions d’habitants en 1980, 205 en 2000, 245 en 2010, seront 450 millions en 2040, 700 ou plus à la fin du siècle. Cette population aura besoin de se loger, et de vendre des produits agricoles pour survivre. Pensons aussi à elle !

Retrouvez cet article sur le site de Catherine PROCACCIA : http://www.catherine-procaccia.com/...

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits