Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Nouveau Grand Paris
Pourquoi le montant des PV pourrait doubler

Les PV de stationnement vont-ils passer de 17€ à 35€ ? Jean-Marc Ayraulta évoqué l’idée pour financer le supermétro du Grand Paris.

La « prune » pour stationnement non payé risque à l’avenir de faire encore plus mal au porte-monnaie de l’automobiliste resquilleur ou distrait. Le gouvernement planche en effet sur une hausse des PV pour ceux qui ont « oublié » de passer par l’horodateur. D’un montant de 17 € aujourd’hui, la contravention pourrait grimper à 25, 30, voire 35 €. Elle pourrait donc aller jusqu’à doubler !

La piste, qui n’est peut-être qu’un ballon d’essai, a été dévoilée là où personne ne l’attendait : au beau milieu du discours de Jean-Marc Ayrault, mercredi, sur le projet pharaonique à 30 Mds€ des nouvelles lignes de transport public du Grand Paris. Car voilà, pour financer, entre autres, un supermétro, le Premier ministre veut mettre les collectivités locales à contribution. L’étendre à toute la France

Un « effort » qui s’élèverait à 225 M€. Pour trouver cette somme, Matignon leur proposer d’accroître le montant des amendes dont elles perçoivent environ la moitié (l’autre moitié tombant dans les caisses de l’Etat) afin qu’elles puissent plus facilement payer l’addition. Mais le chef du gouvernement n’entend pas limiter cette rentrée d’argent supplémentaire aux seules communes concernées par les aménagements du Grand Paris. Il veut l’étendre à l’ensemble des collectivités de France dans le but de leur apporter « de nouvelles ressources ». Résultat : tous les conducteurs de l’Hexagone fâchés avec les parcmètres pourraient être amenés ces prochains mois ou ces prochaines années (le plus grand flou règne sur le calendrier) à régler la note salée. Ce qui n’a pas manqué hier de susciter la polémique et de faire bondir les organisations de défense des automobilistes criant, une nouvelle fois, au « matraquage » ou au « racket ». L’association Automobile Club des avocats est, elle aussi, montée au créneau. « On nous a expliqué pendant des années que le stationnement était payant pour faciliter la rotation des véhicules et fluidifier le trafic, mais cette fois, le masque est tombé. La démonstration est faite que c’est pour pomper du fric aux automobilistes », s’indigne son président, l’avocat Rémy Josseaume.

Le Parisien Vincent Mongaillard et Marc Lomazzi | Publié le 8 mars 2013, 07h00

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits