Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Présentation par M. le Préfet du Val-de-Marne du rapport « L’action de l’État dans le Val-de-Marne » en 2012

Intervention de Jacques Leroy, Conseiller général du Val-de-Marne, élu de Saint-Maur, à propos de l’usine EIFFAGE TRAVAUX PUBLICS à Bonneuil.

Monsieur le Préfet, Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Directeurs,

Chers Collègues,

Je m’associe évidemment aux propos tenus par le porte-parole du groupe U.M.P. Je voudrais tout d’abord saluer le travail qui est effectué par les agents et les services de l’État dans notre département, confronté aux problèmes de notre temps : l’emploi, la sécurité, l’habitat indigne… dans une région parisienne en pleine mutation, qui s’interroge sur son avenir. Votre rapport fait également état de l’amélioration du cadre de vie et du développement durable, notamment dans la maîtrise du bruit. Je voudrais revenir sur un dossier en cours, le dossier de l’entreprise EIFFAGE TRAVAUX PUBLICS, qui s’est installée sur le territoire de Ports de Paris à Bonneuil. Ce dossier est emblématique à plusieurs titres. Il pose le problème de la cohabitation dans des zones d’habitat dense, des entreprises de ce type et des riverains. Ces derniers sont attachés à la qualité de leur environnement, et notamment à la qualité de l’air et à leur santé puisqu’il s’agit de nuisances olfactives en l’occurrence. L’État a un rôle majeur à jouer puisque vous avez d’ailleurs demandé, Monsieur le Préfet, à EIFFAGE TRAVAUX PUBLICS, par arrêté préfectoral du 23 juillet 2012, de réaliser une étude olfactométrique afin de déterminer l’impact de ses activités sur l’environnement et les populations riveraines. Mon propos n’est évidemment pas de stigmatiser une entreprise mais il me paraît capital que l’État s’implique dans cette problématique.

1°) Le problème de la proximité

Est-il raisonnable que ce type d’entreprise s’installe dans des zones d’activités situées en plein cœur des zones urbaines denses ? Ne serait-il pas préférable qu’elles s’installent plus loin des centres urbains, dans des zones moins densément peuplées ? 2°) Le problème de la concentration Ces entreprises ont en plus tendance à se regrouper, ce qui n’est pas surprenant puisqu’elles ont besoin d’espace. Ainsi, les nuisances s’additionnent.

3°) Le problème des mesures Enfin, les mesures de la pollution de l’air sont toujours sujettes à caution lorsqu’elles sont effectuées par les parties prenantes. Il importe qu’un système de mesure permanent soit installé par l’État car il est difficilement finançable par les communes riveraines. De plus, l’État en charge du bien commun n’est pas suspect d’influencer les études. En conclusion, il ne s’agit pas de stigmatiser Ports de Paris dont la direction a aussi une réelle préoccupation environnementale (le Directeur siège au Syndicat Marne Vive et travaille au bon état écologique de la rivière), mais de prendre conscience du rôle indispensable que l’État peut et doit jouer.

Merci de votre attention. Jacques Leroy

Retrouvez cette intervention sur le blog de M. LEROY : http://jacquesleroy.fr/

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits