Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Réforme des retraites : comment les socialistes vont assouplir le projet de loi

Malgré cette première réforme réalisée par un exécutif socialiste, la France restera une exception européenne en matière de retraites.

Les députés PS, qui vont plancher toute la semaine sur la réforme Touraine, ne bénéficieront que d’un faible droit d’amendement. S’ils ne pourront pas alourdir la facture à court terme, ils comptent bien imposer leurs vues à plus long terme. Au final, les mesures qu’ils prônent rallongeront à coup sûr la note. État des lieux.

• Prendre en compte les stages dans le calcul des retraites. C’est une demande insistante des députés socialistes : la prise en compte des périodes de stage dans le calcul des retraites. « Les parlementaires veulent accorder une meilleure attention à certaines ­périodes de stage. Nous allons trouver une solution. Mais à condition de ne pas banaliser les stages », a concédé dimanche Marisol Touraine dans le JDD. Il s’agirait, explique-t-on de source parlementaire, de prendre en compte les stages effectués par les étudiants durant leurs trois ou cinq années d’études, mais pas au-delà.

• Proposer la retraite dès 59 ans après un travail pénible. Les députés devraient particuliè­rement s’attacher à amender le « compte personnel de pénibilité ». Ce dispositif, fondé sur des points cumulables en fonction des périodes d’exposition, a été imaginé par le gouvernement pour accorder aux salariés ayant enduré des situations de travail difficiles des périodes de formation, des mi-temps en fin de carrière et surtout un départ anticipé à la retraite. En commission, les députés ont élargi le droit à une cessation d’activité dès l’âge de 59 ans. Les élus socialistes envisagent aussi de se montrer plus généreux envers les salariés qui seront proches de la retraite lorsque le compte entrera en vigueur, en 2015. Notamment en doublant le nombre de points acquis de 52 ans à cette date, contre 57 ans prévus par le gouvernement. Un dédommagement au titre des périodes passées de travail pénible, techniquement impossibles à re­tracer aujourd’hui. De ce fait, cinq générations supplémentaires pourront partir environ un an et demi plus tôt que prévu à la retraite.

• Redistribuer les excédents aux retraités modestes. Les députés ont inscrit dans le texte que les futurs excédents financiers - s’il y en a - dégagés par le système de retraite n’iront pas assainir la dette mais seront utilisés « prio­ritairement au profit du pouvoir d’achat des retraités les plus mo­destes ».

• Adoucir la reprise en main par l’État de la caisse de retraite des professions libérales. L’État entend chapeauter les ré­gimes de retraite des libéraux, jusqu’à présent gérés en très grande autonomie par les professions elles-mêmes. Face à la fronde provoquée par cette décision, le gouvernement est en train de revoir sa copie. Le ­directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales, qui devait être ­directement nommé par l’État, pourrait in fine être choisi par le conseil d’administration de la caisse parmi une liste de trois noms avancée par le gouvernement.

Le Figaro Par Guillaume Guichard

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits