Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Actualités
Révision du Schéma Directeur Ile de France

Texte de l’intervention de Jean-Daniel AMSLER auprès du commissaire enquêteur sur le SDRIF.

Le projet de SDRIF ne prend pas en compte plusieurs projets pourtant indispensables au développement durable de notre territoire situé au Sud Est du Val de Marne et portés par le département du Val de Marne, la Communauté d’Agglomération du Haut Val de Marne et de très nombreux citoyens de nos communes qui perdent un temps considérable dans les transports, dont la situation s’aggrave d’année en année. Il conviendrait donc de revoir le projet de SDRIF sur ces points. Il s’agit notamment de la prise en compte de :  La création d’un boulevard urbain d’intérêt départemental sur la VDO ;  L’implantation de TCSP sur l’axe RD 4 et le long de la RN 19 ;  La RN 406 dont le raccordement est prévu au Port de Bonneuil , et l’achèvement de la déviation de la RN 19 à Boissy avec la création d’une voie bus en site propre vers Brie Comte Robert  L’achèvement de l’échangeur routier entre la RN4 et l’A104 en Seine-et-Marne pour permettre l’accès des poids lourds au Port de Bonneuil via la RN 19 déviée ;  La nécessité d’implanter un dépôt Bus sur notre territoire…  L’appellation du Tram Train Sucy Orly et la prise en considération du projet. Il m’apparaît nécessaire d’y ajouter également quelques éléments complémentaires : Il s’agit principalement de regretter que le SDRIF propose, (dans la page 108 du document « Défis, projet spatial et objectifs »), de réaménager des boulevards urbains et des TCSP structurants alors qu’il fait une impasse totale sur la question des transports logistiques routiers qui explose littéralement sur nos territoires. 1/ Aspects routiers A titre d’exemple, je cite deux faits :
- A Bonneuil sur Marne, le nombre de poids lourds traversant la commune s’est multiplié ces dernières années pour atteindre le chiffre de 8000 camions par jour. Ces véhicules proviennent ou vont au Port de Bonneuil pour 3000 d’entre eux, 2000 vont vers la zone d’Orly Rungis Seine Amont et 3000 sont en transit national ou international. Ils empruntent la RD 4, la RD 111 à Ormesson et Sucy et la RD 60 à Bonneuil. Le trafic sur la RD 111 à Ormesson est supérieur au trafic par file d’une route nationale avec 20 000 véhicules jours, dont 9000 poids lourds. Cette situation inacceptable pour les habitants se traduit par la congestion des réseaux locaux et le ralentissement des bus utilisés pour rejoindre les gares du RER A de Boissy, Sucy, La Varenne et Champigny. Cette congestion est aggravée par les coupures constituées par la Marne et les voies SNCF et RER qui comportent un nombre très limités de ponts de franchissement. Elle résulte de nombreux facteurs dus en partie au SDRIF actuellement en vigueur, et en particulier : . de la non prise en compte du plus grand bouchon routier d’Europe que constitue le croisement des deux autoroutes A 4 et A 86/ A 3, qui génère un trafic de shunt sur nos voiries au Sud Est du Val de Marne. (en consultant leur GPS les conducteurs gagnent du temps à emprunter la RD 4 et la RD 111 plutôt que les axes majeurs de l’A4 et de la RN 104) . du retard considérable apporté à la réalisation de la déviation de la RN 19 à Boissy .le report puis l’abandon du projet de liaison A4/ RN 19 via la réalisation de la RN 407 et sa liaison avec la RN 406, .du retard dans le prolongement de la RN 406 vers le Port de Bonneuil
- Entre Marolles et Sucy en Brie, le chemin forestier voit passer chaque matin environ 1200 véhicules entre 7h et 8 h, qui débouchent dans les zones pavillonnaires et saturent nos voies étroites sur lesquelles circulent également les bus. Cette situation ne peut que s’aggraver avec le projet porté par le SDRIF dans sa version en cours de révision. En effet, si l’on ne redonne pas aux axes majeurs du réseau routier leur vocation première qui est d’assurer la circulation de transit, celle-ci continuera de se déployer sur les réseaux secondaires départementaux et communaux. L’écotaxe poids lourds va aggraver la situation si elle n’est pas appliquée de façon uniforme sur la totalité des itinéraires en Ile de France. Paradoxalement, le développement du transport fluvial va également aggraver la situation pour les communes voisines des ports fluviaux notamment du Port de Bonneuil où rien n’a été conçu pour absorber ce trafic à un niveau départemental l et régional. La Département du Val de Marne demande à juste titre qu’un échangeur soit réalisé à l’entrée Est de Pontault-Combault entre la RN 406 et la RD 4 afin de permettre aux poids lourds venant de l’Est et du Nord de l’Europe de se raccorder directement sur la branche Sud de la RN 104 et se diriger ensuite vers Rungis ou Bonneuil en empruntant la RN 19 et sa nouvelle déviation. Ceci permettra de soulager ainsi la RD 111 dans la traversée d’Ormesson et du bas de Sucy. Au plan régional et national, il convient donc de reprendre également la question de la jonction A4 /A 86 entre Maisons Alfort et Nogent et celle de l’élargissement de la RN 104 à l’Est. 2/ aspects TCSP Il importe de préciser que l’effort de création de logements sur des terrains aujourd’hui non urbanisés (terrains d’emprise de l’Etat de l’ex VDO) à Sucy, Chennevières et Ormesson, devra être conditionné à une desserte performante en transports en commun et par la création des voiries nécessaires ;  Dans le cadre du projet de liaison TCSP « Altival », Il convient d’étudier et préciser les modalités de raccordement du boulevard d’intérêt départemental, projeté sur ces terrains, à la voirie nouvelle de la RN 406 ou de la RD 60 à Sucy-en-Brie, avec en particulier une attention particulière à l’intégration paysagère de ces projets dans les coteaux de Chennevières , Ormesson et en bas de Sucy, dans leur partie sud, et dans la liaison entre Ormesson et Chennevières avec l’axe RD 4 dans la partie Nord Est. En particulier, devraient-être étudiées des sections en tranchées couvertes pour protéger les habitations riveraines et les paysages. L’étude devra prendre en compte les habitations existantes en centre ville et celles à venir dans le cadre de l’aménagement et de l’urbanisation de l’ex VDO, comme cela a été fait à Boissy pour la déviation de la RN 19. En aucun cas cette voirie ne devra être raccordée à la RD 111 déjà saturée.  rappeler l’intérêt de mobiliser « l’axe RD4 », incluant son projet de déviation et l’ensemble de ses emprises, pour permettre la mise en service d’un TCSP et d’un raccordement cohérent entre l’axe RD 4 et le futur boulevard d’intérêt départemental, ce qui implique de conserver précieusement les emprises actuellement en cours de transfert entre l’Etat et le CG 94, pour préserver l’avenir ;  intégrer dans la rédaction du SDRIF la nécessité d’une réserve pour équipement public permettant au STIF de faire réaliser un dépôt bus attendu sur le territoire, notamment sur l’emprise « VDO » à Chennevières, permettant d’accueillir ultérieurement les bus qui desserviront la future gare des 4 communes du Garnd Paris Express à Champigny. Cette disposition devrait avoir un impact obligatoire dans les PLU des communes concernées.  Préserver les emprises concernées sur la « VDO » et permettre que le projet de Tram Train Orly/Sucy porté par le Département du Val de Marne, la CAHVM et la SNCF puisse dans un avenir certainement lointain être prolongé vers Champigny gare des 4 communes en se substituant en mode lourd au projet Altival lorsque le trafic attendu le justifiera. De façon plus globale, je considère que le SDRIF est marqué par un parisianisme qui ne prend pas en compte les graves problèmes de développement et de rééquilibrage géographique des emplois vers l’Est de l’Ile de France, les besoins urgents en infrastructures de transports, les retards en équipements routiers indispensables. Le SDRIF ne hiérarchise pas les priorités en Val de Marne, et met à un même niveau les circulations douces et les infrastructures stratégiques de transport pour des raisons écologiques en négation des réalités économiques et des besoins prioritaires en matière de déplacements de masse, tant des personnes que des marchandises. Les millions d’heures perdues par les véhicules et leurs passagers dans les embouteillages contribuent largement à la pollution. La politique répressive visant à la réduction de la circulation automobile dans la zone centre ne fait que déplacer le problème vers la moyenne et la grande couronne de l’Ile de France, au lieu de favoriser un trafic plus fluide et donc moins polluant et plus sûr sur des itinéraires appropriés à cet usage au niveau régional. De plus elle ne favorise pas suffisamment le développement de la motorisation électrique moins polluante dont les véhicules auront pourtant toujours besoin d’avoir de bonnes liaisons routières, même en ville. Cette politique pénalise d’abord les habitants de la moyenne et de la grande couronne qui ont de plus en plus de mal a exercer leur métier ou a rejoindre leur lieu de travail sur Paris, et ceux de la périphérie Est du Val de Marne où l’offre de transport en commun est l’une des plus faible bien que nous soyons situés en petite couronne parisienne. Enfin je déplore la méthode utilisée par la Région, et en particulier l’absence de concertation véritable avec l’ensemble des collectivités concernées, l’opacité de certains documents, en particulier de la carte de destination générale des différentes parties du territoire sur laquelle ne figure pas les noms des communes ce qui fait qu’il est impossible de se situer, et les délais extrêmement courts qui nous sont imposés pour donner un avis pertinent.

Retrouvez cette intervention sur le blog de M. AMSLER : http://amsler-sucy.fr/

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits