Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Nouveau Grand Paris
Semaine cruciale pour le supermétro

Avec l’entrée d’Aéroports de Paris au sein d’Orbival, puis à grands coups de pétitions et de conseils municipaux extraordinaires, les élus se remobilisent pour le Grand Paris Express.

Ils ont tous repris le sentier de la guerre. Alors que Jean-Marc Ayrault doit rendre ses arbitrages sur le calendrier de réalisation du supermétro automatique en banlieue à la mi-février, il ne reste que quelques semaines aux élus pour tenter de faire pencher la balance en leur faveur. Le Val-de-Marne, qui devait voir rouler les premières rames sur son territoire en 2018, n’entend pas être le grand perdant de « l’actualisation du projet » par le gouvernement.

Dans ce contexte, l’association Orbival, qui milite sous l’égide du conseil général pour la réalisation au plus vite du supermétro, va s’enrichir aujourd’hui d’un nouvel adhérent de choix. A l’occasion d’un conseil d’administration qui se tient cet après-midi à Orly, Orbival devrait voir Aéroports de Paris (ADP) adhérer formellement à son association. « C’est un acteur au poids économique considérable », se réjouit

Bernard Legendre, le chef de projet d’Orbival.

En cette période de vœux, il n’y a pas une cérémonie, dans les communes concernées par le Grand Paris Express, où le dossier n’a pas été évoqué par les maires. A l’instar de Dominique Adenot, maire (PC) de Champigny, qui a martelé la semaine dernière : « Pas dans quinze ans, le métro c’est maintenant. » Un slogan repris sous forme de badges militants distribués à la population. Dans ses vœux, le maire (UMP) de Thiais, Richard Dell’Agnola s’est aussi montré offensif : « Dans le cadre du Grand Paris nous attendions la ligne 14 du métro pour 2020-2022 et on nous dit que ça sera 2030-2035… On a encore beaucoup de combats à mener. » Des rassemblements symboliques

Orbival était d’ailleurs présente aux cérémonies de vœux de neuf villes pour faire signer une pétition exigeant la réalisation du Grand Paris Express dans les temps initialement prévus (à horizon 2025). L’association a recueilli près de 2 000 paraphes en quelques jours. De leur côté, les maires de la gare des quatre communes (Bry, Champigny, Chennevières, Villiers) font tourner une pétition pour la sauvegarde de leur station. Le rapport Auzannet, rendu le mois dernier et dont le gouvernement devrait en partie s’inspirer, n’assure pas la pérennité de la station.

Villiers a recueilli plus de 600 signatures rien que lors de ces vœux. Cette semaine, c’est Bry qui va envoyer à tous ses habitants un courrier et un coupon-réponse. A Champigny, les élus sont présents depuis vendredi sur les lieux publics, marchés, grandes surfaces, gare RER pour faire signer la pétition commune. Du côté de Chennevières, déjà 200 personnes ont apposé leur signature sur la pétition, qui est disponible sur les sites Internet des villes.

Un conseil municipal extraordinaire sur le Grand Paris Express est également prévu jeudi soir à Champigny. Et la semaine prochaine, mardi 29, c’est un rassemblement des élus et des habitants des quatre villes qui est prévu au gymnase Jean-Macé de Villiers, à deux pas de l’emplacement où devrait être située la station, à proximité du Bricorama et du golf de Villiers.

Le Parisien Louis Moulin | Publié le 21.01.2013, 07h00

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits