Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Solidarités
Suicide des personnes âgées : le département va tester le plan de prévention

Le Val-de-Marne fait partie des huit départements jugés prioritaires pour expérimenter le plan de prévention mis en place au 1er janvier.

C’est un tabou qui vole en éclats : le suicide des personnes âgées. Pour la première fois, huit départements ont été jugés prioritaires pour tester le plan de prévention annoncé mardi par le gouvernement dont la mise en place est prévue au 1er janvier. Parmi eux, un seul se trouve en Ile-de-France : le Val-de-Marne. Loin d’être marginal, le suicide chez les plus de 65 ans représente 3000 victimes chaque année. Quid dans le département ?

« Nous n’avons pas de chiffres mais il n’y a pas plus de suicides qu’ailleurs. Le choix du Val-de-Marne vient sans doute du fait que nous sommes toujours partants pour des expérimentations », avance Brigitte Jeanvoine (PS), vice-présidente du conseil général chargée des solidarités en faveur des personnes âgées. Le département a d’ailleurs adopté en décembre 2012 un schéma pour une politique en faveur des personnes âgées.

« Nous agissons en prévention, sur le plan social. Nous allons d’ailleurs nous pencher sur la détection des signes d’une dépression chez les seniors susceptible d’entraîner un suicide, à travers la formation des aidants, des agents qui interviennent à domicile… » Le conseil général et l’Etat sont donc sur la même longueur d’onde puisque le plan de prévention propose aussi d’améliorer la formation des personnes intervenant auprès des personnes âgées, bénévoles ou professionnelles. Pour mettre en place ce dispositif national combinant « alerte, analyse et intervention », les agences régionales de santé (ARS) seront chargées dans un premier temps de recenser les pratiques existantes dans leurs territoires.

Deux facteurs majeurs expliquent souvent ces suicides : l’isolement et la dépression. Une dépression souvent très mal détectée auprès des plus anciens. Or, quand ils passent à l’acte, ce n’est plus un appel au secours comme parfois chez les plus jeunes.

« Une personne âgée ne vous dira jamais qu’elle va se suicider. Par contre, elle ne vous mentira pas. Si vous lui demandez : avez-vous envie de mourir ? Etes-vous prête à passer à l’acte ? Elle vous répondra avec honnêteté. Il est donc important que les généralistes détectent les problèmes et sachent poser ces questions. D’autant que, selon une étude, la moitié des personnes âgées qui se suicident ont consulté un mois avant leur médecin traitant », explique la docteur Sylvie Pariel, responsable du service de gériatrie ambulatoire de l’hôpital Charles-Foix à Ivry. C’est d’ailleurs dans ce lieu qu’est née cet été la Silver Valley, véritable pôle d’innovation dédié à l’économie du vieillissement.

Le Parisien Christine Mateus

Info département
Le Site de Catherine PROCACCIA Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA Le site de Christian CAMBON
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits