Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Tribunes
Tribune - Février 2014 : Découpage cantonal : charcutage électoral, sacrifice de nos territoires !

Affolés par leur impopularité et afin de s’assurer la mainmise sur les départements en conservant le maximum d’élus locaux, les socialistes ont décidé de redécouper nos territoires et d’en modifier le mode du scrutin.

Affolés par leur impopularité et afin de s’assurer la mainmise sur les départements en conservant le maximum d’élus locaux, les socialistes ont décidé de redécouper nos territoires et d’en modifier le mode du scrutin.

Prenant le prétexte de la nécessaire parité, le gouvernement crée des cantons plus grands, représentés par deux conseillers généraux (un homme, une femme) de la même sensibilité politique. Concrètement, en Val-de-Marne, le nombre de cantons passe de 49 à 25, avec par conséquent un nombre total de Conseillers généraux porté à 50, alors qu’actuellement ils ne sont que 49 !

A l’heure où l’on nous parle de réductions budgétaires, le gouvernement de gauche crée des élus supplémentaires. Cette réforme va à l’encontre de celle du « Conseiller territorial » proposée à l’époque par Nicolas Sarkozy. Ce Conseiller territorial aurait siégé à la fois à la Région et au Département, réduisant ainsi considérablement le nombre d’élus locaux. Il est évident que les socialistes souhaitent davantage conserver leurs sièges d’élus et protéger leur intérêt personnel, plutôt que d’envisager de faire des économies, là où pourtant elles existeraient.

Le Groupe UMP – Val-de-Marne Autrement a pris connaissance de la nouvelle carte des cantons, qui sera effective dès 2015, et dénonce vivement le redécoupage cantonal imposé par le Ministère de l’Intérieur.

Il s’agit d’un véritable charcutage, d’une manipulation démographique et politique ! Pour préserver leurs sièges au Conseil général, la majorité communiste pactise avec les socialistes et met l’équilibre du Département en danger.

Cette nouvelle carte des cantons ne respecte pas la logique géographique. Pour des raisons purement politiciennes, la gauche ignore totalement les frontières naturelles et urbaines du département. L’exemple le plus flagrant de ces distorsions géographiques se trouve dans le futur canton de Boissy-Saint-Léger, où aucun accès routier ne permet de relier le sud au nord du canton. Il faudra désormais traverser la forêt domaniale de Notre-Dame pour vous déplacer sur le nouveau canton.

Ce redécoupage manipule les chiffres démographiques pour offrir plus de cantons à la majorité socialo-communiste. Pour parler simplement, pour un même nombre d’habitants, la droite obtient moins d’élus que la gauche. Par exemple, pour environ 400 000 habitants, la majorité départementale de gauche obtiendra 18 élus, quand la droite en obtiendra 12. Ainsi pour la droite, avoir la majorité signifie obtenir beaucoup plus de 50 % des voix totales du département. Et pour parvenir à ce résultat, le ministère de l’Intérieur n’a pas hésité à charcuté rue par rue les villes de Saint-Maur-des-Fossés, Vincennes, Champigny-sur-Marne et Villeneuve-Saint-Georges.

Ce découpage est une véritable invraisemblance économique, scolaire et sociale. En effet, comment s’y retrouver quand on multiplie le mille-feuille administratif et modifie les cartes électorales sans cesse ? Comment espérer, par exemple, conserver à nos collèges une cohérence de systèmes de transports scolaires, lorsqu’ils seront éclatés dans des cantons différents ?

Cette carte démontre par ailleurs la volonté délibérée de museler les forces politiques de droite dans le Département, puisque d’après les projections électorales, la droite ne sera plus jamais en mesure de reconquérir le Conseil général. Et on voit de plus dans ce redécoupage, un objectif futur « inavouable » de dépecer les circonscriptions législatives au profit de la gauche.

Enfin, ce projet, au-delà de nuire à l’opposition départementale, vise à supprimer l’existence des plus petits partis politiques. Le redécoupage ne laissera plus la possibilité aux centristes et aux verts de constituer un groupe au Conseil général.

Face à l’impopularité grandissante de François Hollande et du Gouvernement, Manuel VALLS modifie toutes les règles électorales pour l’élection des sénateurs, des conseillers généraux… afin de limiter l’impact de la sanction électorale. Au lieu de ce tripatouillage, il ferait mieux de s’occuper de ce qui devrait la priorité : la sécurité des Français au moment où la délinquance est de nouveau à la hausse, notamment les cambriolages, dans la France entière et dans notre département.

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits