Accueil Actualités Dossiers Votre département Espace privé Contact
Accueil > Dossiers > Solidarités
Val-de-Marne : à la recherche des oubliés du RSA

11 000 allocataires n’ont eu aucun contact avec les services sociaux depuis au moins trois ans. Le département tente de les remobiliser.

Ils sont fragiles, parmi les plus fragiles, au plus bas de l’échelle des ressources puisqu’ils touchent le revenu de solidarité active (RSA), le minimum auquel chaque citoyen a droit pour vivre. Mais en dépit de leur situation, ils n’ont fait appel à aucune structure sociale depuis des années. Ce sont ceux qu’on appelle les oubliés du RSA. D’après un bilan effectué en 2011 par le conseil général, chargé de cette allocation, ils seraient 11000 sur les quelque 35000 bénéficiaires val-de-marnais du RSA à n’avoir eu aucun contact avec les services sociaux depuis plus de trois ans. Depuis deux ans, le département s’emploie à les remobiliser un par un, une action qui doit s’achever d’ici la fin de l’année. « Pour ce faire, on a confié à six associations spécialisées dans l’insertion la mission de prendre rendez-vous avec les personnes identifiées, détaille Agnès Gardini, responsable du service insertion du département. De notre côté, on leur a envoyé à chacune un courrier pour leur expliquer la démarche. » Chaque oublié du RSA se voit ensuite soumettre plusieurs propositions de rendez-vous par l’association concernée. « On leur demande un travail très cadré, souligne Agnès Gardini. On ne leur demande pas de mettre en place l’accompagnement, mais déjà d’aller repêcher tous ces publics qu’on avait perdus de vue. » « Il s’agit de contacter des gens qui sont dans le néant administratif, social et professionnel », confirme Sylvie Langrené, chargée d’insertion à Alfa Pluri-Formation, l’une des structures chargées de remobiliser les oubliés du RSA. « Soit ça accroche, soit ça n’accroche pas, reprend Sylvie Langrené. On ne peut pas forcer les gens à venir nous voir. Mais quand ça accroche, c’est très personnalisé. » Jusqu’à huit heures d’entretiens individuels sont ainsi prévus pour renouer le contact et faire un bilan le plus précis possible des situations de chacun. « Ce sont souvent des histoires compliquées, des gens très occupés par une maladie par exemple, ou alors qui ont tout simplement renoncé », confie Agnès Gardini. « On commence par des choses très concrètes, expose Sylvie Langrené, que ce soit la couverture maladie universelle, la carte transport, les tarifs d’électricité… On a des gens qui auraient droit à la retraite mais ne la demandent pas ou alors qui pourraient avoir un statut de handicapé… On cherche à démontrer qu’il peut se passer quelque chose avec les institutions. » Bref, restaurer un lien de confiance avec un public vulnérable. Et volatil : un tiers seulement des oubliés du RSA recontactés vont au bout de la démarche de réinsertion et retournent vers un espace départemental des solidarités, une épicerie sociale ou encore Pôle emploi.

Le Parisien Louis Moulin

Info département
Sénateurs Les Républicains du Val-de-Marne Le Site de Catherine PROCACCIA Le Site du groupe Les Républicains au Conseil Régional d'Ile-de-France Site de Jean-Daniel AMSLER Le Blog de Pierre-Jean GRAVELLE Le blog d'Emmanuel GILLES DE LA LONDE Les Républicains Le blog de Nicolas TRYZNA
Plan du site  |  Mentions légales  |  Crédits